Carte de vigilance

Vigilance orange
Phénomènes dangereux

<<< Consultez la carte
 

Les prévisions saisonnières pour le trimestre août, septembre et octobre 2016


01/08/2016

Qu'est-ce que la prévision saisonnière ?

La prévision saisonnière a pour objectif de déterminer le climat moyen sur les trois mois à venir, à l'échelle d'une région comme l'Europe de l'Ouest. Contrairement aux prévisions à échéance de quelques jours, l'information n'est pas détaillée ni chiffrée, mais présentée sous forme de prévisions qualitatives qui renseignent sur les grandes tendances (plus chaud ou plus froid, plus sec ou plus humide que la normale). Les climatologues analysent les résultats de modèles numériques comparables à ceux utilisés pour réaliser les prévisions à court terme, mais intégrant la modélisation des océans. Dans certains cas, aucun scénario dominant ne se dégage : faute d'éléments probants susceptibles d'influencer le climat des prochains mois, il est impossible de privilégier une hypothèse. Les performances des prévisions saisonnières sont très variables. Elles sont meilleures pour la température que pour les précipitations, et, pour la température, meilleures en hiver qu'en été. La fiabilité de ces prévisions est bien meilleure outre-mer qu'en métropole, en particulier pour les précipitations.

En savoir plus : notre dossier « la prévision saisonnière ».

Situation générale

Dans l'Océan Pacifique, des eaux plus froides que la normale sont en train de s'établir le long de l'équateur, ce qui va dans le sens de la mise en place d'un phénomène La Niña. Mais pour l'instant, les conditions océaniques et atmosphériques n'ont pas atteint les valeurs correspondant à un tel phénomène. Nous sommes donc actuellement dans une phase neutre, au sens du phénomène Niño/Niña. La probabilité d'établissement d'une Niña au cours du prochain trimestre est de l'ordre de 50%. Si le phénomène devait se développer, il devrait être de faible intensité.

Anomalies prévues de température de surface de la mer pour le trimestre août-septembre-octobre 2016
Figure 1 : Prévision des anomalies de température de surface de la mer par le multi-modèle EUROSIP (en moyenne pour le trimestre Août-Septembre-Octobre 2016). Dans l'océan Pacifique, le refroidissement est clairement visible au niveau de l'équateur (zone bleue entourée par l'ellipse bleue). Il correspond à la mise en place potentielle d'un phénomène La Niña.

 

Prévisions pour le trimestre août, septembre et octobre 2016 sur l'Europe et la France métropolitaine

Sur l'Europe, les modèles s'accordent plutôt sur un contexte de circulations anticycloniques.

Pour les températures :
 

Seuls l'Europe méditerranéenne et le Nord-Est de l'Europe devraient connaître un scénario plus chaud que la normale. La France se situe dans une zone où aucun scénario ne se dégage.

 

Prévisions saisonnières probabilistes de températures pour le trimestre prochain

Prévisions saisonnières probabilistes de températures pour août, septembre et octobre 2016 sur l'Europe

Figure 2 : Synthèse pour les températures des prévisions. Pour chaque zone géographique délimitée par les pointillés : en bleu : la proportion de simulations correspondant à des températures inférieures à la normale ; en gris : celle des simulations correspondant à des températures proches de la normale ; en rouge : celle des simulations suggérant des températures supérieures à la normale.
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)


Pour les précipitations :

La péninsule Ibérique devrait connaître un trimestre plus sec que la normale. En dehors de cette région, aucun scénario n'est privilégié.

Prévisions saisonnières probabilistes de précipitations pour le trimestre prochain

Prévisions saisonnières probabilistes de précipitations pour août, septembre et octobre 2016 sur l'Europe

Figure 3 : Synthèse pour les précipitations des prévisions probabilistes. Pour chaque zone géographique délimitée par les pointillés : en orange, la proportion de simulations correspondant à des précipitations inférieures à la normale ; en gris celle des simulations correspondant à a des précipitations proches de la normale ; en vert, celle des simulations suggérant des précipitations supérieures à la normale.
(Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

Outre mer

Océan Atlantique

La saison des ouragans débute traditionnellement en juin pour se terminer fin novembre sur ce bassin. A la fin juin 2016, 4 systèmes ont déjà été nommés par le National Hurricane Center de Miami, ce qui constitue un record pour cette période de l'année, mais ne préjuge en rien de l'activité à venir ces prochains mois.
Les prévisions indiquent en effet une activité cyclonique proche de la normale (soit une dizaine de systèmes « nommés »).
 

Antilles

Les conditions devraient être plus chaudes que la normale pour le trimestre prochain. L'incertitude est forte pour les précipitations : aucun scénario n'est privilégié.

Guyane

Des conditions plus chaudes que la normale sont très probables. En ce qui concerne les précipitations, le trimestre devrait être plus sec que la normale.

Saint-Pierre et Miquelon

Des conditions plus chaudes que la normale sont probables. Pas de scénario privilégié pour les précipitations.
 

Océan Indien

La Réunion et Mayotte

Aucun scénario ne se dégage pour les températures. Si à la Réunion un scénario plus sec que la normale est attendu, aucune tendance ne se dégage pour les précipitations sur Mayotte.
 

Océan Pacifique

En Nouvelle-Calédonie 

Des conditions plus chaudes que la normale sont très probables. Pas de scénario privilégié en revanche pour les précipitations.

À Wallis et Futuna

Il est probable que des conditions plus sèches et plus chaudes que la normale s'installent pour le trimestre. 

En Polynésie

Le trimestre à venir devrait être plutôt chaud sur l'ensemble de l'archipel. Sur les Marquises, les conditions devraient être plus humides que la normale alors que sur le reste de l'archipel un scénario sec est attendu. 


Le prochain bulletin sera publié fin août 2016.

* Les prévisions utilisées par Météo-France dans cette analyse sont issues des résultats des modèles de Météo-France, du Centre européen de prévision météorologique à moyen terme (CEP), du Met Office britannique (Met Office), du National Centers for Environmental Prediction américain (NCEP), de la Japan Meteorological Agency (JMA) et des résultats des programmes multi-modèles Eurosip (composé des modèles de Météo-France, du CEP, du Met Office et du NCEP) et de l'expérience multi-modèles menée en Corée du Sud sous l'égide de l'OMM (LC-MME).

Le bulletin de prévisions saisonnières pour août-septembre-octobre 2016 (448,5 ko)