Carte de vigilance

Vigilance Météo
Phénomènes dangereux

<<< Consultez la carte
 

Les prévisions saisonnières pour le trimestre mars, avril et mai 2017


01/03/2017

Qu'est-ce que la prévision saisonnière ?

La prévision saisonnière a pour objectif de déterminer le climat moyen sur les trois mois à venir, à l'échelle d'une région comme l'Europe de l'Ouest. Contrairement aux prévisions à échéance de quelques jours, l'information n'est pas détaillée ni chiffrée, mais présentée sous forme de prévisions qualitatives qui renseignent sur les grandes tendances (plus chaud ou plus froid, plus sec ou plus humide que la normale). Les climatologues analysent les résultats de modèles numériques comparables à ceux utilisés pour réaliser les prévisions à court terme, mais intégrant la modélisation des océans. Dans certains cas, aucun scénario dominant ne se dégage : faute d'éléments probants susceptibles d'influencer le climat des prochains mois, il est impossible de privilégier une hypothèse. Les performances des prévisions saisonnières sont très variables. Elles sont meilleures pour la température que pour les précipitations, et pour la température, meilleures en hiver qu'en été. La fiabilité de ces prévisions est bien meilleure outre-mer qu'en métropole, en particulier pour les précipitations.

En savoir plus : notre dossier « la prévision saisonnière ».

Prévisions pour le trimestre mars, avril et mai 2017 sur l'Europe et la France métropolitaine

Situation générale :

Les simulations des modèles de prévision saisonnière réalisées ce mois-ci ne s'accordent pas    sur l'Europe. Cependant une grande majorité d'entre elles opte pour des températures supérieures aux normales, reflétant ainsi les effets du changement climatique. En l'absence de consensus sur le type de circulation dominante sur l'Europe, le régime des précipitations n'est pas clairement défini pour le trimestre à venir. 

Pour les températures :

Prévisions saisonnières probabilistes de températures pour le trimestre mars - avril - mai 2107

Figure 1 : Synthèse pour les températures des prévisions.
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

Les températures prévues par les modèles sur l'Europe sont majoritairement plus chaudes que la normale, surtout sur la Scandinavie où on a déjà relevé des températures au-dessus des normales pendant tout l'hiver. Une forte proportion des simulations prévoit également des températures supérieures aux normales en Méditerranée.


Pour les précipitations :

Prévisions saisonnières probabilistes de précipitations pour le trimestre mars - avril - mai 2107

Figure 2 : Synthèse pour les précipitations.
(Cliquer sur la carte pour l'agrandir)

Aucun scénario ne prédomine sur une large partie du continent. Une option significative ne se dégage que sur deux zones : 
- des îles Britanniques au sud de la Scandinavie, où une majorité des simulations indique plus de précipitations que la normale ;
-  l'ouest de l'Afrique du Nord, où au contraire la majorité des simulations prévoit une période plus sèche que la normale.
 
Prévisions pour le trimestre mars, avril et mai 2017 sur le reste du Globe
 
La zone entre les tropiques constitue le "moteur" du système climatique global car le rayonnement solaire y est maximal. Aucun phénomène particulier ne semble devoir s'y produire durant le trimestre prochain. Une anomalie de température de l'océan commence à se dessiner dans l'est du Pacifique équatorial, mais elle restera faible au cours des trois prochains mois et insuffisante pour entraîner des modifications climatiques de grande ampleur.
 
Dans les zones polaires, les effets du changement climatique continuent de fortement impacter l'étendue de la banquise. En Arctique comme en Antarctique, les records de faible extension ont de nouveau été battus en janvier. Les prévisions indiquent pour le prochain trimestre une poursuite de cette tendance du fait d'une très forte probabilité de températures supérieures aux normales.
 

Outre mer

Océan Atlantique

Antilles et Guyane :
Des températures plus chaudes que la normale sont probables. Aucun scénario ne se dégage pour les précipitations.

Saint-Pierre et Miquelon :
Un scénario plus doux et plus humide que la normale est probable.

Océan Indien

La Réunion et Mayotte :
La fin de saison cyclonique y est prévue moins active que la normale.
Les températures et les précipitations devraient être supérieures à la normale.
Plus de détails.

Océan Pacifique

Nouvelle-Calédonie :
Des conditions plus chaudes que la normale sont probables. Aucun scénario ne se dégage pour les précipitations.
Plus de détails.

Wallis et Futuna :     
Des conditions plus chaudes que la normale sont probables. Aucun scénario ne se dégage pour les précipitations.
Plus de détails.

Polynésie
Des températures plus chaudes que la normale sont probables.
Aucun scénario clair ne se dégage pour les précipitations mais la température de l'océan plutôt au-dessus des normales devrait apporter un excédant de précipitations.
Plus de détails.


Le prochain bulletin sera publié fin mars 2017.

Les prévisions utilisées par Météo-France dans cette analyse sont issues des résultats de l'ensemble multi-modèles EUROSIP composé des modèles de Météo-France (MF), du Centre européen de prévision météorologique à moyen terme (ECMWF), du Met Office britannique (Met Office), du National Centers for Environmental Prediction américain (NCEP) ainsi que de l'expérience multi-modèles menée en Corée du Sud sous l'égide de l'OMM (LC-LRFMME).

Télécharger le bulletin de prévisions saisonnières pour le trimestre mars, avril et mai 2017  (1,06 Mo)