METEO FRANCE Météo et climat

Vigilance

Carte de vigilance

Vigilance Phénomènes dangereux

<<<Consultez la carte

Les prévisions saisonnières pour le trimestre février-mars-avril 2020

Europe et France métropolitaine

Le trimestre prochain devrait être plus chaud que la normale sur toute l'Europe avec des précipitations excédentaires sur le nord du continent et plus rares que la normale sur les  régions méditerranéennes. Entre ces deux zones, incluant la France hors pourtour  méditerranéen, aucun scénario n'est privilégié pour les précipitations.


Les modèles de prévisions saisonnières prolongent le scénario des prévisions précédentes avec une unanimité remarquable. Ils proposent, d'une part, un puissant anticyclone des Açores s'étendant fréquemment sur l'Europe occidentale, et d'autre part, une dépression d'Islande plus creuse que d'habitude, dirigeant les perturbations et les coups de vent associés vers le nord du continent, dans une circulation atmosphérique d'ouest renforcée.


Les dernières prévisions mensuelles pour le mois de février confirment ce schéma général pour le début de la période. Elles prévoient des pressions moyennes particulièrement élevées sur l'Europe occidentale.

Températures

 
Synthèse pour les températures. © Météo-France.

La forte influence océanique est globalement synonyme de douceur. La probabilité d'un trimestre plus chaud que la normale est très forte sur l'Europe entière.

Précipitations

Les fortes pressions moyennes prévues sur l'Europe occidentale devraient diminuer la fréquence des épisodes perturbés sur les régions méditerranéennes où la probabilité d'un trimestre plus sec que la normale est renforcée.


À l'inverse, sur le nord du continent, les perturbations devraient être plus fréquentes et la probabilité de conditions plus humides que la normale y est également augmentée.


Dans la partie hachurée entre ces zones, qui inclut une grande partie de la France, les deux influences devraient se faire sentir, mais il ne se dégage aucun scénario dominant sur le trimestre.

 
Synthèse pour les précipitations. © Météo-France.

Outre-mer

Retrouvez les prévisions saisonnières outre-mer sur les sites suivants :
Antilles-Guyane : http://www.meteofrance.gp/climat/previsions-saisonnieres
Réunion et Mayotte : http://www.meteofrance.re/climat/previsions-saisonnieres
Nouvelle-Calédonie :  http://www.meteo.nc/nouvelle-caledonie/previsions/previsions-saisonnieres
Wallis et Futuna :  http://www.meteo.nc/wallis-et-futuna/previsions/previsions-saisonnieres
Polynésie : https://meteo.pf/fr/previsions-3-mois

Télécharger ce bulletin au format pdf (325,7ko)

Le prochain bulletin sera publié fin février 2020. Il proposera les prévisions pour le trimestre mars-avril-mai 2020.
 

Qu'est-ce que la prévision saisonnière ?

La prévision saisonnière a pour objectif de déterminer le climat moyen sur les trois mois à venir, à l'échelle d'une région comme l'Europe de l'Ouest. Contrairement aux prévisions à échéance de quelques jours, l'information n'est pas détaillée ni chiffrée, mais présentée sous forme de prévisions qualitatives qui renseignent sur les grandes tendances (plus chaud ou plus froid, plus sec ou plus humide que la normale). Les climatologues analysent les résultats de modèles numériques comparables à ceux utilisés pour réaliser les prévisions à court terme, mais intégrant la modélisation des océans. Dans certains cas, aucun scénario dominant ne se dégage : faute d'éléments probants susceptibles d'influencer le climat des prochains mois, il est impossible de privilégier une hypothèse. Les performances des prévisions saisonnières sont très variables. Elles sont meilleures pour la température que pour les précipitations, et, pour la température, meilleures en hiver qu'en été. La fiabilité de ces prévisions est bien meilleure outre-mer qu'en métropole, en particulier pour les précipitations.
Les prévisions utilisées par Météo-France dans cette analyse sont issues des résultats de l'ensemble multi-modèles C3S (Copernicus Climate Change Service) composé des modèles de Météo-France (MF), du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (ECMWF), du Met Office britannique (Met Office), du Centro Euro-Mediterraneo sui Cambiamenti Climatici italien (CMCC), du Deutscher Wetterdienst allemand (DWD) ainsi que de l'expérience multi-modèles menée en Corée du Sud sous l'égide de l'OMM (LC-MME).

Pour en savoir plus, consultez notre dossier « La prévision saisonnière ».

 

Publicité